Topic Progress:

Préparer le terrain

Il y a plusieurs choses que les pédagogues peuvent mettre en œuvre pour répondre de manière proactive à l’anxiété à l’école et créer un environnement d’apprentissage sûr pour tous les élèves. Il s’agit notamment de pratiques spécifiques à l’école, à la classe et aux élèves qui ciblent l’environnement physique, les routines quotidiennes et les relations interpersonnelles.

Que vous soyez enseignant/te en classe, orthopédagogue, aide-pédagogique, administrateur/trice, intervenante/te auprès des jeunes ou conseiller/conseillère scolaire, vous utilisez déjà plusieurs pratiques qui établissent des attentes comportementales et donnent le ton à l’apprentissage. L’activité suivante vous invite à réfléchir aux stratégies spécifiques que vous (et d’autres personnes de votre école) utilisez pour créer un environnement dans lequel tous les élèves se sentent suffisamment en sécurité et soutenus pour s’engager dans l’apprentissage et prendre des risques appropriés même lorsqu’ils se sentent anxieux.

Dans chacun des espaces ci-dessous, énumérez quelques routines et pratiques que vous utilisez actuellement, quel que soit votre rôle, pour établir un climat calme et harmonieux à différents moments de la journée scolaire. Lorsque vous aurez terminé, cliquez sur “Ce que font les autres” pour obtenir des idées d’autres éducateurs de la Colombie-Britannique.

  • Prenez un moment avant que l’école commence pour vous centrer (par exemple, prenez quelques respirations profondes ou faites quelques étirements).
  • Accueillez chaque élève à son entrée dans la classe.
  • Établissez des routines matinales qui sont prévisibles et qui donnent le ton à la journée (par exemple, débutez la journée en douceur avec quinze minutes de jeu ou de travail indépendant pour permettre à l’enseignant d’avoir le temps de communiquer avec les parents ou d’autres personnes.)
  • Affichez un programme visuel de la journée et passez-le en revue avec les élèves dès le début. Cela peut se faire à l’heure du calendrier avec les jeunes élèves ou lors des réunions du matin avec les élèves plus âgés.
  • Fournissez des consignes et des informations adéquates pour que les transitions entre les sujets et les locaux se fassent en douceur.
  • Utilisez des rappels et des indices pour signaler les temps de transition (par exemple, chantez une chanson, faites un signe de la main, agitez une petite cloche ou secouez une maraca). Présentez le signal avant de l’utiliser la première fois et assurez-vous qu’il est perceptible mais pas dérangeant.
  • Utilisez des stratégies d’autorégulation (comme celles décrites dans les leçons du programme AISE : une échelle des inquiétudes, une respiration calme et l’attention au moment présent) pour aider les élèves à réguler leurs émotions et leurs sensations physiques avant, pendant et après les transitions.
  • Songez à désigner des rôles aux élèves ou un ordre d’alignement afin de favoriser des transitions cohérentes, calmes et ordonnées d’un espace physique à un autre.
  • Utilisez des supports visuels pour enseigner explicitement la démarche à suivre pour les tâches (par exemple, des organisateurs graphiques, des repères en images, des conversations en bandes dessinées).
  • Instaurez une atmosphère calme en encourageant les mots positifs, un ton doux et une voix basse (par exemple, faites des éloges sur un comportement bien précis en mettant l’accent sur ce que vous voulez renforcer : “Bon travail, vous vous êtes mis en rang en silence” ou “Vous vous êtes vraiment concentrés sur vos maths aujourd’hui”).
  • Mettez l’accent sur les points forts des élèves et faites l’éloge des réussites individuelles et de la classe (par exemple, prévoyez des activités périodiques qui donnent un ton positif au travail en commun).
  • Offrez aux élèves le choix de leur lieu de travail et de leur manière de démontrer leur apprentissage, en définissant des attentes claires en matière de comportement et en assurant un suivi cohérent lorsque les attentes ne sont pas atteintes.
  • Supervisez et évaluez le climat et le niveau d’énergie de la classe en incorporant de la musique, des jeux animés et de l’activité physique dans la routine quotidienne.
  • Prévoyez suffisamment de temps pour terminer la journée et clore sur une note de réflexion positive (par exemple, prévoyez 10 minutes à la fin de la journée pour que les élèves puissent partager une chose qui leur a procuré un sentiment de gratitude ou de satisfaction).
  • Informez les élèves de toute modification de l’horaire du lendemain.
  • Si possible, établissez un lien avec chaque élève lorsqu’il quitte votre classe (par exemple, restez à la porte pour leur dire au revoir ou ramassez les billets de sortie lorsque les élèves partent pour la journée).
  • Prenez un moment pour réfléchir à votre journée : Qu’est-ce qui s’est bien passé ? Que changeriez-vous ? Les enseignants/enseignantes s’attardent souvent sur les parties de la journée qui ne se sont pas déroulées comme prévu. Au lieu d’entamer votre réflexion par ce que vous changeriez, commencez par vous féliciter pour les choses qui se sont bien passées.

Activité : Tendre et détendre

Lorsque nous sommes confrontés à des menaces (réelles ou imaginaires), nos muscles se contractent dans le cadre d’une réaction de combat, de fuite ou de paralysie. La tension musculaire fournit un retour en boucle à notre cerveau qui peut ainsi maintenir les niveaux de stress et d’anxiété requis. La pratique régulière de la relaxation musculaire progressive (RMP) permet d’interrompre ce cycle en suscitant un état de profonde relaxation.

Essayez ceci : En vous asseyant, saisissez le siège de la chaise avec les deux mains et tirez vers le haut. Maintenez cette position pendant 10 secondes, puis relâchez vos épaules et vos bras, en remarquant comment la tension se dissipe.

Que se passe-t-il ? Quels changements physiques et mentaux avez-vous remarqués après avoir utilisé la technique RMP ? À quel moment cette stratégie pourrait-elle être utile dans votre classe ?

Scroll to Top